Le ciné de Virginie

Critiques et actu ciné

2013: Une riche année cinématographique

films-attendus-2013

L’année 2013 a laissé place à 2014 depuis hier, il est donc temps de vous donner ce petit bilan annuel. Cette année cinématographique a débuté avec des films…qui ne sont pas sortis partout (oui, je parle de toi « Le Monde de Charlie« ): J’ai dû commencer avec un téléchargement (je suis allée au confessionnal pendant un mois, après ça). Finalement, 55 films vus au cinéma (et un certains nombre obtenus de manière illicite. Que cela reste entre nous.), au compteur. Je n’ai pas atteint l’objectif voulu mais  l’année 2013 a plutôt été satisfaisante : le top 2013 m’a donnée du fil à retordre. Ne pouvant pas départager certains films, il s’est vite retrouvé avec un ex-æquo. En grande perdante, je me suis donc résolue à pondre un Top 20. C’est avec déchirement que j’ai dû séparer certains films…

Mais dans une année, il y a forcément du mauvais, rien n’est parfait. En plus des b…films ayant causé plusieurs suicides et des déceptions, il y a eu ces débats incessants sur des films (un en particulier a, je pense, marqué les esprits) et ces polémiques futiles agrémentant notre vie de cinéphile.

Bref…je vous embête encore avec mon blabla inutile, voici mon top/flop 2013:

TOP 

10.

Mud-1

Mud: Sur les rives du Mississipi (Jeff Nichols)

4/5

Découvert l’an dernier (Pardonnez-moi) avec Take Shelter, Jeff Nichols revient avec un récit initiatique pour son 3ème film. Avec un sans faute pour l’instant,  Jeff Nichols semble sur le bon chemin pour devenir l’un de mes réalisateurs préférés. Ici, nous nous retrouvons devant des symboliques fortes: le père de substitution, l’amour, le passage de l’adolescence à l’âge adulte,… Le réalisateur réussit son pari en racontant le tout de façon sincère et envoûtante. Les paysages sont presque personnifiés tant ils sont sublimés par une mise en scène fluide. Matthew McConaughey y est magistral et touchant. Il surprend et grandit de film en film. N’hésitez plus, laissez-vous emporter par la douce mélancolie de l’Amérique profonde.

9.

place_beyond_the_pines

The Place Beyond the Pines (Derek Cianfrance)

4,5/5

Film découvert en avant-première sans rien avoir vu (ni le synopsis, ni une bande-annonce). Et quelle surprise ! Cianfrance a pris le choix de découper son film en tryptique. Il n’y a donc pas une histoire mais 3 dans une. Des histoires liées, avec une narration fluide, autour d’un fil rouge : Les conséquences de la rencontre Luke (Ryan Gosling) et Avery (Bradley Cooper). Des plans maniés avec prouesse,  un plan séquence mémorable pour un Ryan Gosling de dos, un Bradley Cooper au meilleur de sa forme et impressionnant et une Eva Mendes touchante, vous obtenez The Place Beyond the Pines. Coup de coeur pour Dane DeHaan, bouleversant pendant la 3ème partie du film. Critique complète ici.

8.

ONLY-GOD-FORGIVES2

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn)

4,5/5

L’an dernier, c’était Jessica Chastain, cette année c’est Ryan Gosling qui a le privilège d’avoir deux de ses films dans mon top. Sifflé, hué durant sa projection au Festival de Cannes, il était parti pour être dans mon flop (il l’est dans beaucoup mais on leur pardonne à eux). C’était sans compter sur le balai profondément enfoncé dans le cul des festivaliers. Sifflent-ils lorsqu’ils voient un corps décharné/décomposé dans un reportage d’un JT ? Je ne pense pas et je trouve ça plus malsain et violent que le film tout entier. Pourtant un sabre est souvent manié, RG se fait défigurer ou traîne un mec par les dents mais c’est ça qui nous fait aimer Winding Refn. Après Drive, son film dit grand public, il revient à ses sources : la stylisation de la violence. Tout est calculé pour apporter un sentiment d’oppression et cela atteint même l’onirisme. Le long-métrage étant très ambitieux, il ne faut pas s’arrêter à la surface d’un scénario trop simpliste mais plutôt pousser toujours plus loin dans la réflexion: ce qui nous permet d’affirmer la réussite de l’oeuvre. A voir pour Kristin Scott Thomas à contre emploi. Critique complète ici.

7.

le_monde_de_charlie

Le Monde de Charlie (Stephen Chbosky)

4,5/5

« We accept the love we think we deserve », cette phrase, répétée et encore répétée jusqu’à l’overdose sort de ce film mais avant tout du livre, dont il est inspiré, écrit par le réalisateur himself. Un film sur l’adolescence ? Oui mais un portrait juste. La détresse, les incertitudes, l’amour,…Chbosky dépeint l’adolescence, la vraie, sans artifice, sans les clichés habituels. Ce qui le met au même rang que les Teen-Movie des années 80. Le réalisateur a su retranscrire l’émotion de son roman. On s’identifie aux personnages et ça c’est aussi dû à ce trio talentueux Logan Lerman, Emma Watson et Ezra Miller. Ne pas oublier cette majestueuse BO qui vous entraîne dans cette période noire de la vie mais tout aussi magnifiée, par les découvertes que nous pouvons faire à l’adolescence. Premier film vu en 2013, premier coup de cœur, cette petite pépite est sublime et efficace. A la fin du film, nous n’avons qu’une envie : nous mettre à l’arrière d’un Pick-up, laisser le vent nous fouetter le visage, arrêter le temps et se sentir éternel. Critique complète ici.

6.

cloud-atlas

Cloud Atlas (Andy Wachowski, Lana Wachowski, Tom Tykwer)

4,5/5

Il aurait pu être plus haut dans mon classement mais d’autres films ont réussi à plus m’emporter que lui : Malheureusement, j’ai eu du mal à rentrer dans le récit, j’ai failli passer à côté mais très vite, je me suis rattrapée. Il est long, très long (il dure presque 3h) mais je ne pense pas qu’on aurait pu aussi bien raconter la complexité du récit en 1h30. Je ne voulais rien écrire sur le film tant je me sentais incapable de rendre hommage à ce travail si ambitieux, si poétique. J’avais peur de ne pas avoir compris le film, et c’est peut-être toujours le cas, mais je ne peux qu’être admirative devant cette narration intrigante, cette esthétique si bien travaillée, cette prise de risque. Tout n’est qu’euphémisme par rapport à ce que j’ai ressenti dans la salle obscure. Et c’est ça qui me fait aimer le Cinéma.

5.

Django-Unchained-lunettes-jamie-foxx-3

Django Unchained (Quentin Tarantino)

5/5

Eh oui, moi aussi je le mets dans mon top, aucune originalité en somme. Mais quel plaisir de retrouver Tarantino au cinéma. Le cinéaste se réapproprie le genre du western en dépassant les frontières des genres, comme à son habitude. Un hommage jouissif au Cinéma, une BO explosive, du culte, les limites de la violence repoussées, un casting 5 étoiles : Du grand Quentin Tarantino.

4.

frozen-2

La Reine des neiges (Chris Buck , Jennifer Lee)

5/5

« LIBÉRÉE, DÉLIVRÉEEEE » Vous aussi, vous avez eu envie de chanter, courir, danser à la sortie de votre projection ? Vous aussi, vous connaissiez toutes les chansons par cœur 2h après ?  L’enfant qui est encore en moi chante (mal) encore et encore jusqu’à l’overdose de ses parents. La Reine des neiges est LE coup de cœur de cette période de Noël. Alors que je commençais à perdre espoir avec le studio aux grandes oreilles (Pourquoi Les Mondes de Ralph ? Pourquoi ces derniers longs métrages en prises de vues réelles ?), ce petit bijou de l’animation fut reçu comme un cadeau de Noël inespéré. Le film d´animation a l’avantage d´être contemporain (3D) et classique. À première vue, on a encore là un film de princesse cherchant son prince charmant (oui, je vous l’accorde, Anna voulait rencontrer l’amour de sa vie au couronnement de sa soeur) mais l’amour fraternel domine cet animé. De plus, il n’y a pas vraiment d’antagoniste si ce n’est la peur, pas de vielle sorcière ou de belle-mère tyrannique,etc,… Ce qui accentue sa modernité. Il ne faut pas oublier le très bon travail esthétique avec ces magnifiques paysages (ils me feraient presque aimer la neige). Les musiques intensifient la force du film et illustrent l’évolution des personnages. Un Disney qui revient à ses sources mais qui laisse ses princesses se sauver seules ? Ça vaut le coup d’œil. (Ex-æquo avec Les Croods).

3.

-MG-7387-jpg_232628

Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow)

5/5

Pas très fan de ce genre de film, j’allais seulement le voir pour Jessica Chastain et pratiquement 1 an plus tard, j’en suis encore toute retournée. Le film retrace les moment-clés de la traque de Ben Laden pendant dix ans, jusqu’à sa capture en 2011. Il ne dure pas moins de 2h29 mais grâce à son intensité, on ne s’ennuie jamais. Un mélange entre le thriller politique, le film d’espionnage et d’action maîtrisé grâce à une réalisation qui nous fait ressentir toute l’angoisse , la saturation et la paranoïa de cette mission. Le tout porté par une actrice qui aurait tout aussi mérité l’Oscar de la meilleure actrice: j’ai nommé Jessica Chastain. Poignante, juste, convaincante, elle est époustouflante du début à la fin. Critique complète ici.

2.

gravity2

Gravity (Alfonso Cuarón)

5/5

Evidemment, je n’allais pas laisser Gravity de côté. Vous recherchez des frissons garantis ? Gravity est fait pour vous. Non, je ne fais pas la pub pour un manège à sensation forte mais bien pour un film se déroulant dans l’espace. L’expérience sensorielle est poussée à son maximum. Pendant 1h30, nous sommes en totale immersion, une oppression se fait ressentir et le film se regarde en apnée. Et même si vous n’avez pas ressenti cela vous ne pouvez nier cette fascination à la vue de la Terre. Dans le silence de l’espace, le génie de Cuarón nous transporte dans cette immensité où l’on se sent décidément petit et seul. Depuis le premier film des Lumière, le Cinéma ne cesse d’évoluer et, en 2013, Cuarón provoque une petite révolution et apporte ce nouveau souffle qu’il fallait au Cinéma.

1.

alabama-monroe3

Alabama Monroe (Felix Van Groeningen)

Après quelques années de pratique « cinéphilique », je suis arrivée à un constat : Aucune larme ne sort jamais. En Août dernier, si vous m’aviez dit que je pleurerai comme si j’avais perdu un proche, j’aurais rigolé. C’était sans compter  le visionnage du film belge, début septembre. C’est un film sur l’amour, le deuil,… C’est une ode à la vie. Oui ! Malgré un drame, qui nous « prend au tripes », le film n’est jamais déprimant, il est tout simplement… réaliste, pure et magnifique. Si vous ne l’avez pas encore vu, préparez-vous à ne plus être tout à fait le même après une scène finale se terminant, à la fois, en apothéose et en douceur. C’est l’un des plus beaux drames, qui m’ait été donnée de voir. Critique complète ici.

10 autres films qui auraient pu intégrer mon top 10:

  • La vie d’Adèle (Abdellatif Kechiche)
  • The Grandmaster (Wong Kar-Wai)
  • Prisoners (Denis Villeneuve)
  • Stoker (Park Chan-wook)
  • Happiness Therapy (David O. Russel)
  • Les Garçons et Guillaume, à tables ! (Guillaume Gallienne)
  • Spring Breakers (Harmony Korine)
  • The Iceman (Ariel Vromen)
  • Lincoln (Steven Spielberg)
  • Man of Steel (Zack Snyder)

FLOP 2013

Les déceptions:

  • Elysium (Neill Blomkamp)
  • Gangster Squad (Ruben Fleischer)
  • Moi, Moche et Méchant 2 (Pierre Coffin et Chris Renaud)
  • Monstres Academy (Dan Scanlon)

Les adaptations qui n’auraient pas dû voir le jour:

  • Les Âmes Vagabondes (Andrew Niccol)
  • Percy Jackson: La mer des monstres (Thor Freudenthal)
  • The Mortal Instruments: La cité des ténèbres (Harald Zwart)

Le film qui,même s’il y a de bonnes idées, me confirme que le piston est un fléau :

  • After Earth (M. Night Shyamalan)

Le film qui appartient à un studio auquel j’accorde toujours une chance jamais prise:

  • Iron Man 3 (Shane Black)

Et…Les pires séances : j’y suis restée par respect même si c’était un calvaire:

  • Boule et Bill (Alexandre Charlot et Franck Magnier)
  • Les Misérables (Tom Hooper)
  • Les Profs (Pierre-François Martin-Laval)
  • White House Down (Roland Emmerich)

Malheureusement, je n’ai pu voir à temps :  Le Loup de Wall Street, Inside Llewyn Davis, Rush, Frances Ha, Le Hobbit: la Désolation de Smaug,… Productions qui auraient pu influencer mon top de l’année.

Voilà, c’est fini pour cette année. A très vite pour de nouveaux articles (plus que l’an dernier, je l’espère) et très bonne année à tous !

Publicités

À propos de virginie Billa

Ancienne étudiante en fac de ciné. Je bouffe cinéma, je respire cinéma depuis l'âge de 7 ans lorsque mes parents m'ont fait découvrir Titanic mais la flemme s'est ravivée avec Hitchcock. Je suis quelqu'un d'assez hétéroclite même si le cinéma indépendant et les petits films d'auteur barbants bouleversent mes sens. Cependant, je prends un malin plaisir à être émerveillée par un film qui a coûté 90 000 fois mon loyer. Et c'est ça, la vrai force du Cinéma.

3 commentaires sur “2013: Une riche année cinématographique

  1. Vic
    03/01/2014

    Salut, je t’avais dit que je lirai ton article cette nuit, c’est chose faite (god il faut que j’aille dormir). Il est très plaisant à lire, drôle par moments, et je crois bien que j’approuve tout ce que tu as dit sur ces 10 films, que j’ai moi aussi beaucoup aimés :)
    C’est vrai que les derniers films pas vus auraient pu influencer le top (sauf Le Hobbit, Virginie siriusly ne nous fait pas croire que tu aurais mis un film Jackson-Tolkienien dans ton top 10 ^^) mais bon tu nous diras quand même ce que tu as pensé de ceux-là quand tu les auras rattrapés (je n’ai pas vu Rush non plus) !
    J’approuve 1000 fois ce que tu as dit sur OGF, quels coincés du cul ces festivaliers, ils nous avaient déjà fait le coup avec Paperboy :p
    Sinon dommage qu’il n’y ait pas un petit film français (Adèle <3) (cocorico !) mais il y a l'excellent Alabama Monroe belge en tête donc ça met un peu d'exotisme dans ce top américain (j'aime po trop les belges mais bon on fait avec ^^) !
    Voili voilou j'espère que ce petit (gros ?) commentaire te fera plaisir, bisous !
    VicPRC sur le touitteur.

    • virginiebilla
      03/01/2014

      Je te remercie pour cette intervention.
      Je crois qu’on commence à bien me connaître. :p Mais qui sait ? J’aurais peut-être aimé. C’est pour ça que je me fais du mal à chaque fois, je donne une chance (comme pour les films Marvel).
      Ouais, ça m’avait insurgée en mai dernier mais bon c’est une coutume à Cannes. C’est comme à l’Académie des Oscars, malheureusement…
      Heureusement, qu’il est arrivé ce petit film sinon, mon 1er serait Gravity ou Zero Dark Thirty (qui, d’ailleurs, était encore premier avant je ne voie Alabama Monroe).
      J’espère te revoir très bientôt sur le blog (j’espère aussi être plus régulière qu’en 2013 u_u) et à très vite sur twitter !

  2. wildgunslinger
    04/01/2014

    Ton top me plaît, à part pour Zero dark Thirty que je n’ai pas trouvé terrible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :