Le ciné de Virginie

Critiques et actu ciné

Critique- Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky

The Perks

 

Réalisation : Stephen Chbosky
Scénario : Stephen Chbosky (D’après son roman Pas Raccord)
Production : Lianne Halfon, John Malkovich et Russel Smith
Photographie : Andrew Dunn
Bande originale : Michael Brook
Origine : USA
Titre original : The Perks of being a Wallflower
Date de sortie : (US) 21 septembre 2012 (Fr.) 2 janvier 2013.

Casting : Logan Lerman, Emma Waston, Ezra Miller, Nina Dobrev, Mae Whitman, Kate Walsh, Dylan McDermott, Paul Rudd.

Stephen Chbosky a écrit son tout premier livre, devenu culte dans le monde entier depuis, en 1999. 13 ans plus tard, il porte ce même roman à l’écran. Initialement prévu, chez nous, pour le 19 décembre, Le Monde de Charlie a été repoussé au 2 janvier 2013. Il n’est malheureusement diffusé que dans 23 salles, ce qui est fort dommage. Ce film mérite d’être vu par un plus grand nombre de spectateurs. Stephen Chbosky nous dévoile une véritable bonne surprise, en ce début d’année.

TP
Sypnosis : Charlie, 15 ans, vient d’entrer au lycée mais il ne trouve pas sa place. Tandis que son professeur de Littérature voit en lui un écrivain talentueux, ces camarades le trouvent bizarre et le rejettent. Mais un jour, il rencontre deux Terminales, Sam et Patrick. Ces derniers le prennent alors sous leur aile…

Oublions, les adolescents se préoccupant de savoir, s’il seront beaux le jour du bal de fin d’année. Ici, nous faisons face aux problèmes qu’un adolescent peut avoir dans cette jungle qu’est le lycée : Le rejet, les questionnements, devenir adulte, les peines, l’amour,… Stephen Chbosky dépeint le portrait d’une adolescence en perdition, en quête de reconnaissance et de bonheur, tout simplement. Cette histoire traite d’un sujet qui nous a concerné un moment ou à un autre.

Certes, le garçon loser, mal dans sa peau est vu et revu, dans les comédies dramatiques américaines. Certains penseront voir clichés sur clichés (Le personnage gay, qui joue la carte de la dérision, pour cacher son mal-être, a été repris mainte et mainte fois, dans de nombreuses comédies-dramatiques). Mais l’auteur/réalisateur ne tombe jamais dans la niaiserie, ni la « sensiblerie » et les moments émouvants, dramatiques, ne vont jamais dans l’excès. On notera même une petite touche amusante et une ambiance chaleureuse grâce auxquelles nous voulons partager ces moments, devenir ami avec les personnages. Nous pouvons nous identifier à eux, tant la mise en scène est réaliste. Nous prenons plaisir à les suivre, l’histoire n’est jamais lassante. Tout est bien calculé, rien n’est exagéré. C’est là que nous voyons l’intelligence d’écriture de Stephen Chbosky. Il nous entraîne dans ce drame adolescent de manière poétique et décalée.

TPK
Le trio Logan Lerman, Emma Watson et Ezra Miller apporte une force supplémentaire à ce film. Le dernier, comme à son habitude, joue son personnage avec aisance. Il est à fond dans son interprétation et il prend plaisir à jouer un Patrick déjanté, mais malgré tout, en mal être constant. Il s’adapte parfaitement à toutes les situations de jeu.  Emma Watson a su parfaitement se détacher de Hermione Granger, rôle qui l’a mise au devant de la scène mondiale. Avec ce rôle, elle confirme son talent et prouve ainsi qu’elle est une actrice à suivre. Mais mention spéciale à Logan Lerman, qui tient le rôle principal avec justesse. Avec ses gestes, son regard, nous voyons qu’il a compris l’état d’esprit de Charlie. Il maîtrise parfaitement son personnage.

En Bref, loin des comédies mielleuses ou déprimantes, Le Monde de Charlie nous entraîne dans cette période avec tendresse, où nous passons du pleure au rire avec ces personnage émouvants et attachants.

Actuellement en salle.

Advertisements

À propos de virginie Billa

Ancienne étudiante en fac de ciné. Je bouffe cinéma, je respire cinéma depuis l'âge de 7 ans lorsque mes parents m'ont fait découvrir Titanic mais la flemme s'est ravivée avec Hitchcock. Je suis quelqu'un d'assez hétéroclite même si le cinéma indépendant et les petits films d'auteur barbants bouleversent mes sens. Cependant, je prends un malin plaisir à être émerveillée par un film qui a coûté 90 000 fois mon loyer. Et c'est ça, la vrai force du Cinéma.

2 commentaires sur “Critique- Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky

  1. Pingback: 2013: Une riche année cinématographique | Le ciné de Virginie

  2. Pingback: Index critiques | Le ciné de Virginie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :